Conversation, propos recueillis par / Interview by 
Marie-émilie Fourneaux
The capacity to make meanings – in the plural – interests 
me in this progressive construction, often unforeseen, that 
comes about when you meet models. An overall harmony 
nonetheless subject to question is forged from the improbable 
meeting of elements that at first appear poles apart. Desire 
is the main motivational factor. 

So do you leave yourself room for surprises? 

Yes, I’m interested in generating images that contain some 
mystery, even for me. I like these photographs to be open to 
several interpretations, even if some are outside my intended 
scope of expression or if the interpretation is erroneous. In Un 
moment de détente, the sexual allusion is obvious: the finely 
carved tail of the stool is like a proud growth counterbalancing 
the "frontal" member. A sort of phallic palliative. And sexuality 
is of course one of the vectors of the ego; however, I think 
this image goes well beyond that immediate interpretation. 

Your first Ego Object is precisely Un moment de détente. 
How did it come about?
 

This piece dates from 1993, 16 years before the desire to work 
on this subject came back to me. I had been asked to create a 
seat for a design exhibition. I tend to answer in a roundabout 
way to such questions. Driven by this spirit of contradiction, 
I drew what would become the first Ego Object, drawing inspiration 
from the farm stools used to milk cows, an object of 
hard work and the most unstable seat that exists. An object 
perverted from the outset in its meaning and initial purpose by 
its foot turned arabesque. I had in mind an image to show the 
object’s purpose. I was looking for a rather stout model, with 
noticeable presence, in other words a "man of consequence". 
The man I sought answered the ad I had placed at the Beaux- 
Arts school and took me beyond my intuition. By his look and 
the proud bearing I demanded, he added the notion of bourgeois 
monopoly on processes or property, embodied here by 
the farm stool. This notion deprives things of their meanings 
and ends up perverting them. So for me this piece evokes a certain thoughtlessness and necessarily the class conflict, plus the 
correlation that can be made between the two "appendages", 
likened to a certain pretention, hence to the ego. 

Yet this piece is called a moment of relaxation, synonymous 
with letting go, when the ego becomes a footnote.
 

This title, also intuitive, can be understood in several ways. 
It refers back to the first question put to me: to make a seat 
effectively used for resting. Yet the seat created makes rest impossible, 
since it is dedicated to labour and remains unstable. 
Note too the belt attached to the seat, the object becoming 
part of the body but also a constraint. It contains its own load. 
Finally, the character’s nudity might evoke this relaxation but 
there is ultimately nothing relaxed about his position. This

aussi contrainte. Elle contient sa propre charge. Enfin, le personnage pourrait évoquer cette détente par sa nudité, mais sa position n’a finalement rien de détendu. Cette situation évoque également l’encanaillement, qui est aussi une projection de l’ego face à une autre forme de pression sociale. 

Nombre de ces Objets d’ego sont comme des prothèses. Ils peuvent être envisagés comme une mise en valeur du corps mais aussi, effectivement, comme une contrainte. La question de l’aliénation est très présente dans votre oeuvre vidéo notamment. Pensez-vous que la manifestation de l’ego, ici matérialisée, peut constituer une sorte d’aliénation ? 

La question de l’aliénation est effectivement récurrente dans mon 
travail. Dans une pièce comme L’odeur des corps, elle est évidente. 
Elle se manifeste dans Un moment de détente par la confiscation du sens. La fonction première se perd au profit d’un aspect décoratif en première lecture, puis d’un détournement à connotation sexuelle. L’objet et le monde qu’il représente se voient aliénés de leur identité, laquelle est pervertie jusqu’à l'insignifiance. Il en va de même de la commercialisation à outrance de la figure de Che Guevara À nos grands hommes. L’aliénation est ici très poussée puisqu’elle s’attaque à l’essence même de sa mémoire et de son combat – que je n’aurai d’ailleurs pas la prétention de connaître en détail. Ce qui m’intéresse ici, c’est la spoliation du sens. Une injustice, voire un discrédit, sont portés à la figure de cet homme. Que la vision romantique déployée à propos du révolutionnaire corresponde ou non à sa vie, peu importe… L’extrême décalage entre les valeurs qu’il véhicule et le mercantilisme commercial qui s’empare de son image constitue une aliénation. Elle est aussi présente dans cette phrase toute faite que l’on peut entendre régulièrement « il faut éduquer les gens », dans Tous d’accord ou dans Tuning, par exemple, où le modèle met en valeur son état corporel d’une façon plus qu’ostentatoire, évoquant encore ce mercantilisme. La pression sociale joue un grand rôle dans les différentes manifestations de l’aliénation volontaire, tout comme dans la fabrication de l’ego. 

Quel est ce pouvoir du « non », que vous évoquez, face à une 
forme d’inconscience ? 

Les Objets d’ego découlent de l’observation ou du vécu de situations développées par une forme de non-sens. Je peux moi-même occasionnellement observer ma participation à ce non-sens et m’en trouver ridicule, voire laid, de mesquinerie, de lâcheté ou d’inconscience. Cette dernière est à mon sens extrêmement courante et très symptomatique. Nous sommes tous capables de cette «inconscience» dès lors que nous nous trouvons dans un confort qui nous permet d’occulter l’essence des situations qui nous impactent peu. Une forme de pression sociale nous amène à banaliser des opinions idéologiquement préfabriquées qui arrivent à se répandre au sein même des groupes sociaux impliqués, freinant ainsi le développement d’une véritable réflexion. Cette « inconscience » crée une inconsistance globale. Comment considérer, par exemple, cette problématique essentielle d’une société qui s’appauvrit d’être trop riche ? D’une
situation evokes the idea of mixing with the riff-raff, too, which is also a projection of the ego faced with another form of social pressure. 

Many of these Ego Objects are like artificial limbs. They 
may be seen as an enhancement of the body, but effectively as a constraint too. The alienation question is very present in your video work in particular. Do you think that the ego’s expression, materialized here, can constitute a sort of alienation? 

The alienation issue is effectively recurrent in my work. It is obvious in a piece like L’odeur des corps. It is there in Un moment de détente through the confiscation of meanings. The prime function is lost in favour of a decorative aspect on first examination, then a subversion with a sexual connotation. The object and the world it represents end up deprived of their identity, which is perverted into insignificance. The same is true of the excessive commercialization of the figure of Che Guevara A nos grands hommes. The alienation is very extensive here because it threatens the very essence of his memory and his struggle, which I don’t claim to know in detail, incidentally; what interests me here is the despoilment of meaning. The figure of this man has suffered an injustice, or a discredit. Whether or not the romantic version of his revolutionary life is true is not important; the huge discrepancy between the values for which he stood and the commercial venality that has seized his image constitutes alienation. It is also present in these trite phrases we regularly hear "They should know better", in Tous d’accord or in Tuning, for example, where the model shows off his physical condition in a more ostentatious way, again evoking this venality. Social pressure plays a major role in the different expressions of voluntary alienation, just as in the fashioning of the ego. 

What is this power of "no" you invoke against a form of thoughtlessness? 

Ego Objects come from observation or experienced situations developed by a form of nonsense. I can occasionally watch my participation in this nonsense and find myself ridiculous, or even ugly, due to my meanness, cowardice or thoughtlessness. In my opinion the last is extremely common and very symptomatic. We are all capable of this "thoughtlessness" as long as we are comfortable and can ignore the essence of situations that barely affect us. A form of social pressure leads us to trot out ideologically trite opinions, which spread well in the social groups involved, thereby putting a brake on the development of any real reflection. This "thoughtlessness" creates a general flimsiness. For example, how should we view this essential problem of a society getting poorer because it is too rich? Of a society with endemic over-production thanks to its
société en surproduction endémique par son excellence technologique croissante, dans laquelle l’absence de redistribution nuit au concept d’échange qui est le moteur de sa richesse ? 

« Croire au progrès, cela ne signifie pas croire qu’un progrès ait 
déjà eu lieu. Sinon ce ne serait pas une croyance. » Vous avez 
choisi cette phrase de Kafka pour accompagner l’une de vos 
expositions. Croyez-vous que cette inconsistance globale des 
choses, dont vous parlez, peut mettre en échec la notion même 
de progrès ?
 

Kafka est le maître spirituel que je me connais. Cet aphorisme est pour moi particulièrement brillant. Il est tout à fait représentatif de cette pluralité de sens que je poursuis. On peut retourner cette phrase de quinze façons différentes, elle se renforce toujours. Nous ne sommes pas, en effet, « persuadés » du progrès ; nous y « croyons », comme l’indique l’expression populaire, ce qui contredit sa pertinence. Pour autant, je ne remets pas en cause cette notion : le progrès existe conceptuellement, donc il est, et ses manifestations sont nombreuses. Mais l’expression met en doute que le progrès luimême soit générateur de « progrès » . Je suis par exemple persuadé que malgré la maturité philosophique et politique généralement répandue, toute personne placée par notre société en situation de pouvoir continuera à se construire en « individu de pouvoir ». Le pouvoir est un concept qui vise à sa propre concentration ; il ne peut en être autrement. Objets d’ego parle d’une certaine manière de ce progrès impossible. Cette fatalité de la mécanique humaine impose l’existence d’une réflexion régulièrement actualisée du politique comme régulateur. Or, la « désimplication » politique est majoritaire ou lorsqu’il y a implication, elle est souvent grégaire. 

Dans les Objets d’ego, le pouvoir se manifeste aussi par les 
prises de parole et les bulles en sont les dépositaires… 

Les bulles sont les Objets d’ego les plus récents. L’expression orale et les termes utilisés sont parmi les premiers vecteurs de l’ego. Ces phrases sont issues de situations vécues ou de choses entendues. Beaucoup peuvent s’y reconnaître, y compris moi-même. Cette simple déclaration, « il faut éduquer les gens » , a certainement été prononcée ou pensée, au moins une fois, par la majorité d’entre nous. Elle fait partie de ces formules idiotes, parmi les plus universelles qui soient, personne ne pensant jamais « il faudrait m’éduquer »… Moi non plus d’ailleurs ! Or, si chacun pense que l’autre devrait être éduqué, nous devons convenir logiquement que nous devons tous être rééduqués. L’éducation véhicule tellement de problématiques et regroupe tant d’écarts de philosophie de vie, de culture, d’incompréhension ou d’intolérance. Elle est indispensable dans l’enfance mais se poursuit tout au long de notre vie. Pourtant nous sommes tous capables de cette prise de distance vis-à-vis d’autrui, ignorant nos propres manques de civilité. Enfin un être humain est issu d’un épisode vécu. Je participais à un événement autour du design où plus d’une centaine de personnes étaient présentes. Une journaliste avec laquelle je discutais, en théorie « émancipée » au regard de sa profession, a prononcé cette
on seeing someone from afar coming towards her. This statement, with no particular depth, might have remained very anecdotal, but it clearly illustrates our shared propensity to consider this or that individual as a worthy "human being". Neither the hundred odd people around us nor I merited this consideration from the lady. More pragmatically, we often make choices about the people we want to frequent or not. In one way it is good to use distancing on an individual level, but it can end up creating ghettos at the collective level. It is the beginning of dehumanization and the breeding ground for genocides. 

The Ego Objects are often vibrant; is this the "white" 
Kafkaesque humour that you wrote about, laying claim 
to this colour? 


I must have been twenty when I read that definition of Kafkaesque humour. I no longer know who wrote it. This "white" humour would not radically oppose the "black" humour. It would be characteristic of Jewish humour, giving rise to an humorous aspect, not devoid of depth and seriousness, but based on absurd situations. I have always been fascinated by Kafka’s capacity to build credible fiction, based on absurd or even impalpable premises. He manages to support his story with a mass of extremely precise details, which let us enter the proposed world and accept the initial inconsistencies, like believers accept their faith. In my work, I’d say that the humorous aspect has more to do with my own temperament than any deliberate quest. It’s a way of seeing things and if it makes me "laugh", I don’t try to create the same effect with the spectator. Actually I’m not looking for anything. I just build the consistency of the piece from an intuition. I often say that aesthetics are a residual aspect for me. The same is true for humour or provocation. But I draw strength from claiming to take a view on us as humans that might be likened to that of Kafka. 

Now the "catalytic" aspect of the matter is far from residual. 

I made that observation a long time ago. I am deeply atheist, but I have always considered the fascinating aspect of faith. Reading the Old Testament, I was struck by the concern, from the outset of the cult, to give materiality to religious concepts. Even in the first few pages we are presented with the first symbols, the first ceremonial objects; the object has always been a catalyser of meanings. I remain profoundly attached to it, because I think we need that materiality. The material possession aspect interests me: an individual will choose to acquire an item that is the vector of something, through which he will identify himself or his position in a society. It may be a materiality that nourishes or burdens him, no matter, this vector notion is important in Ego Objects because it is about making the impalpable concrete. There is also a certain pleasure in "playing on objects", in this more virtual age.
part de mon travail, considérée comme proche de l’art numérique où 
je revendique d’autant cette opposition... 

Le fait de donner une matérialité aux egos fait-il écho à votre 
travail de designer ? 


Mon expérience en design me permet de maîtriser de nombreux 
matériaux et techniques. Je peux ainsi facilement réaliser des pièces 
qui se limitent à un savoir-faire manuel ou d’autres, plus évoluées 
technologiquement. Il y a sans doute un lien avec l’approche du 
designer. Les Objets d’ego, dans leurs formalités et leurs niveaux de 
finition, ont une dimension fictionnelle dans le sens où l’on pourrait 
les imaginer comme étant des objets d’usage dans une société 
donnée. Conçu avec beaucoup de minutie, le masque de L’odeur des 
corps, par exemple, semble manufacturé dans les règles de l’art par 
un artisan accrédité. Cette trame fictionnelle donne aux objets une 
apparence de réalité sociétale. 

À travers Objets d’ego, pourrait-on voir se dessiner une mythologie 
contemporaine ?
 

J’ai en effet le sentiment qu’il pourrait s’y cristalliser, comme dans 
certaines de mes pièces plus anciennes, des archétypes de situations 
ou de comportements. L’inconscience, d’où découle l’inconsistance 
des choses, serait le noeud de cette mythologie contemporaine. 
Dans une discussion récente, au sujet d’Un moment de détente, je 
faisais le constat que je n’avais pas de souvenirs, hormis l’illustration 
des mythes des « bergers, princes guerriers » Paris ou David, d’une 
représentation de nudité paysanne ou prolétaire dans l’histoire de 
l’art. Est-ce parce que les paysans et les ouvriers, jusque très tard, 
sont restés trop proches de l’animal par son exploitation, que l’on 
refuse de considérer la part d’animalité des corps laborieux ? Chez le 
noble ou le bourgeois au contraire, la nudité se conçoit. Elle peut être 
associée à l’oisiveté, à la tentation voire à la luxure, mais surtout à un 
désir d’identification aux panthéons antiques. Un apanage des dieux 
s’opposant au dur labeur, aux pieds dans la boue… Photographier un 
bourgeois nu, affublé d’un tabouret à traire les vaches, c’est évoquer 
des conflits intemporels. L’éphèbe de Mon berger, piqué d’antennes 
dans le dos, a quelque chose de très mythologique également ! Il est 
chargé de la sacro-sainte communication – et non communion – érigée 
aujourd’hui en religion... Les exemples quotidiens et récurrents 
ne manquent pas pour m’aider à tracer cette sorte de mythologie 
contemporaine, et Objets d’ego est un work in progress auquel je 
vais régulièrement m’adonner.
I’m alluding here to a part of my work, considered close to digital 
art, where I assert this same opposition just as strongly... 

Does your designer work re flect the act of mat erializing 
egos ? 


My design experience helps me master many materials and 
techniques. In this way I can easily make pieces that demand 
manual know-how or others that are more technologically 
sophisticated. There is undoubtedly a link with the designer’s 
approach. The formal definitions and the polished finish of 
the Ego Objects have a fictional dimension in the sense that 
you could imagine them being everyday objects from a given 
society. Designed with a great deal of precision, the mask of 
L’odeur des corps, for example, seems to be manufactured to 
the highest standards by a qualified craftsman. This fictional 
thread gives the object an appearance of societal reality. 

Should we see the outline of a contemporary mythology 
in Ego Objects? 


I effectively have the feeling it could be crystallized in them, 
as in some of my older pieces, archetypes of situations or attitudes. 
Thoughtlessness, from which the flimsiness of things 
stems, would be the core of this contemporary mythology. In a 
recent discussion about Un moment de détente, I noted that I 
had no memories, apart from illustration of the myths of "shepherds, 
warrior princes" Paris or David, of a representation of 
peasant or proletarian nudity in the history of art. Is it because 
the peasant or worker, until very lately, remained too close to 
the animal through their exploitation, that we would refuse 
to consider the bestial part of working class bodies? On the 
other hand, nudity is conceivable with nobles and the middle 
class. It may be associated with idleness, temptation or even 
lust, but above all with a desire for identification with ancient 
pantheons. A prerogative of the gods objecting to hard labour, 
to feet in the mud. Photographing a naked bourgeois decked 
in a stool for milking cows is tantamount to arousing timeless 
conflicts; the ephebe of Mon berger, pierced in the back with 
aerials, also has something very mythological! He is in charge 
of the sacrosanct communication – not communion – currently 
held up as a religion. There is no lack of everyday, recurrent 
examples to help me trace this sort of contemporary mythology, 
and Ego Objects is a work in progress to which I shall regularly 
devote time.
propre conscience. La capacité à faire sens – au pluriel – m’intéresse dans cette construction progressive, et souvent inattendue, qu’amène la rencontre avec les modèles. Une harmonie globale qui pourtant suscite l’interrogation, se forge à partir de la réunion improbable d’éléments a priori éloignés. Le désir en est le premier moteur. 

Vous vous ménagez donc la possibilité d’être surpris vous-même ?  

Oui, générer des images qui contiennent une part de mystère, 
y compris pour moi-même, m’intéresse. Je souhaite qu’existe dans 
ces photographies une capacité de pluralité de lecture, même si 
certaines d’entre elles sortent de mon champ d’expression volontaire ou s’il y a erreur d’interprétation. Dans Un moment de détente, l’allusion sexuelle est évidente : la queue ouvragée du tabouret est comme une excroissance orgueilleuse faisant pendant au membre « côté face ». Une sorte de palliatif phallique. Et la sexualité est bien entendu l’un des vecteurs de l’ego… Cependant, cette image va, selon moi, bien au-delà de cette interprétation immédiate. 

Un moment de détente constitue justement votre premier Objet d’ego. Comment est-il né ? 

Cette pièce date de 1993, seize ans avant que ne me revienne l’envie de travailler ce sujet. Il m’avait été demandé de créer une assise pour une exposition de design. J’ai tendance à répondre de façon biaisée à ce genre de questions. Dans cet esprit de contradiction qui m’anime, j’ai dessiné ce qui allait devenir le premier Objet d’ego, en m’inspirant des tabourets paysans utilisés pour traire les vaches, objet de labeur, assise la plus instable qui soit. Un objet perverti dès le départ dans son sens et dans sa raison d’être initiale par une enluminure en arabesque du pied. J’avais en tête une image me permettant d’afficher l’usage de l’objet. Je cherchais un modèle de forte corpulence et d’une vraie stature, autrement dit un Monsieur « qui fasse Monsieur ». L’homme que je recherchais a répondu à l’annonce que j’avais déposée à l’École des beaux-arts et m’a amené au-delà de l’intuition que j’avais. Par son regard et la fierté de port que je lui avais commandée, il convoque la notion d’accaparation bourgeoise, des procédés ou des biens, ici incarnée par le tabouret paysan. Cette notion démunit les choses de leur sens et finit par les pervertir. Cette pièce évoque ainsi pour moi une certaine inconscience et forcément un conflit de classes sociales, auxquels s’ajoute la correspondance que l’on peut faire entre les deux « appendices » et l’assimilation à une certaine prétention, donc à l’ego. 

Pour autant, cette pièce s’appelle Un moment de détente, 
synonyme de relâchement où l’ego peut se mettre entre parenthèses… 

Ce titre, également intuitif, a plusieurs lectures. Il ramène à la question première qui m’avait été posée : réaliser une assise qui serve effectivement à la détente. Or, celle créée rend le repos impossible puisqu’elle est dédiée au labeur et demeure instable. Notons aussi la ceinture qui attache l’assise, l’objet devenant partie du corps, mais
growing technological excellence, where poor redistribution detracts from the concept of exchanges, which is the driver of its wealth. 

"Believing in progress does not mean believing that 
progress has already occurred. Otherwise it would not be 
a belief." You chose this quote from Kafka to accompany 
one of your exhibits. Do you believe that the shallowness 
in general that you talk about can counter the very 
notion of progress? 

Kafka is my acknowledged spiritual master. I find this aphorism particularly brilliant. It is wholly representative of that plurality of meanings I aim for. You can turn this phrase every which way, it only gets stronger. We are not in fact "convinced" of progress; we "believe" in it, as the popular saying holds, which contradicts its relevance. Yet I don’t question this notion: progress exists conceptually, therefore it is, and there are many demonstrations of it. But the quote questions whether progress itself generates progress. For example, I am convinced that despite the generally acknowledged philosophical and political maturity, anyone our society places in a position of power will continue to develop as an "individual of power". Power is a concept that aims for its own concentration; it cannot be otherwise. Ego Objects addresses this impossible progress in a certain way. This fatality of the human machine demands the existence of a regularly updated reflection on the politician as regulator. Yet the majority are not involved in politics, or where there is involvement, it is about following the crowd. 

In Ego Objects, power is also shown through speech, 
speech, contained in speech balloons. 

The speech balloons are the more recent Ego Objects. The first ego vectors include verbal expression and the terms used. These sentences come from real situations or things overheard. They may seem familiar to many, including me. The majority of us have certainly said or thought this simple statement "They should know better", at least once. It is one of those idiotic sayings, one of the most universal, while noone ever thinks "I need to be educated", me included! Now if each person thinks the other should be educated, we should logically agree that we must all be re-educated. Education vehicles so many problems and covers so many differences in lifestyles, cultures, misunderstandings or intolerances. It is essential in childhood, but continues throughout our lives. Yet we are all capable of this distancing from others, ignoring our own lack of civility. Enfin un être humain came from a real experience. I was participating in an event on design, attended by over a hundred people. A journalist to whom I was talking, in theory "emancipated" with regard to her profession, made this statement
phrase en voyant quelqu’un s’avancer de loin. Cette déclaration, sans profondeur particulière, aurait pu rester très anecdotique, mais elle illustre bien la propension qui nous est à tous commune, de considérer tel ou tel individu comme un « être humain » digne de ce nom. Considération que je ne devais pas mériter pour cette dame ainsi que la centaine de personnes nous entourant... Plus pragmatiquement, nous faisons souvent des choix quant aux personnes que nous voulons fréquenter ou non. C’est bien, d’une certaine manière, appliquer à un niveau individuel une mise à l’écart, laquelle peut amener à une échelle collective à une ghettoïsation. C’est le début de la déshumanisation et le terreau des génocides. 

Les Objets d’ego sont souvent truculents… Sommes-nous 
dans cet humour blanc kafkaïen dont vous avez écrit revendiquer 
la couleur ? 


Je devais avoir une vingtaine d’années lorsque j’ai lu cette définition de l’humour kafkaïen. Je ne saurais plus dire qui en était l’auteur. Cet humour « blanc » ne s’opposerait pas radicalement au « noir ». Il serait caractéristique de l’humour juif faisant naître une dimension humoristique non dénuée de profondeur et de gravité, mais conçue à partir de situations absurdes. J’ai toujours été fasciné par la capacité de Kafka à construire des fictions crédibles, sur la base d’énoncés absurdes, voire impalpables. Il parvient à tenir son récit par un fourmillement de détails d’une précision extrême, qui nous font pénétrer dans l’univers proposé et accepter l’incohérence initiale, comme un croyant se livre à sa foi. Dans mon travail, je dirais que la dimension humoristique a davantage trait à mon propre tempérament qu’à une quête volontaire. C’est un regard et si cela me fait « marrer », je ne recherche pas à créer le même effet chez le spectateur. D’ailleurs je ne recherche rien. Je ne fais que construire la cohérence de la pièce à partir d’une intuition. J’ai coutume de dire que l’esthétique est pour moi une dimension résiduelle. Il en va de même pour l’humour ou la provocation. Mais je continue à prétendre porter sur nous-mêmes un regard qui pourrait s’apparenter à celui de Kafka. 

La dimension « catalytique » de la matière est, quant à elle, loin 
d’être résiduelle… 


C’est un constat que j’ai fait depuis longtemps. Je suis profondément athée, mais j’ai toujours considéré l’aspect fascinant de la foi. La lecture de l’Ancien Testament m’avait frappé par cette préoccupation, à la naissance du culte, de donner une matérialité aux concepts religieux. Dès les premières pages, nous sont présentés les premiers symboles, les premiers objets cérémoniels… L’objet a toujours été catalyseur de sens. Je lui reste profondément attaché car je pense que nous avons besoin de cette matérialité. La dimension de la possession matérielle m’intéresse : un individu va choisir d’acquérir un bien qui est vecteur de quelque chose, et au travers duquel il va s’identifier ou identifier son positionnement dans une société. Ce peut être une matérialité qui le nourrit ou l’encombre, peu importe… Cette notion de vecteur est importante dans les Objets d’ego puisqu’il s’agit de rendre concret l’impalpable. Il y a aussi un certain plaisir à « jouer de l’objet », dans une époque qui prône le virtuel. Je fais allusion ici à une
The relationship to the body is very present in your work. 
What form does it take in Ego Objects? 

My work does not stem from formal fascinations. It is always 
the result of a feeling experienced when confronting a societal 
situation. It interprets our behaviours. It talks about us. Our 
body is naturally the primary component of this. 
In my video objects, I staged my own naked body in menial 
situations as a practical choice. The notion of individuality interested me more than the body per se. The nudity expressed 
the fragility. In the Ego Objects, the relationship to the body is 
shown more through the precise choice of the model’s appearance. 
I look for a human partner for each piece. I may pursue a 
precise idea, or await a "revelation" corresponding to a more 
or less conscious projection. The selection is always made via 
the intimacy of an attitude. Sometimes the dialogue fails and 
I have to find someone else, or else totally unexpected things 
come out. Each shot has a measure of unpredictability. The 
shot for L’odeur des corps was very unusual, undoubtedly 
because this piece is one of the most intuitive. Our sense of 
smell is one we disown. No doubt because it is too close to 
our social animal instinct. I noticed, for example, that when I 
pass by a woman I find attractive, I cannot help sniffing her 
scent; not that of her perfume, but really that of her flesh. It 
seems to be a conditioned reflex, an instinct resurfacing in an 
astonishing way that obviously involves the notion of groups. 
So by intuition I wanted to create this form of mask, which 
makes reference to this sense, yet without knowing where the 
idea would lead. The model is a friend, photographed here in 
a trendy suit. He’s a human resources accustomed to arguing 
in situations where the relationship between individuals is 
strained. I asked him to adopt dynamic attitudes. His hands 
systematically projected an argumentation stance. By instinct, 
I asked him to kneel down. By this conjunction of disparate 
attitudes – the incongruity of the position taken and the strangeness 
of the mask, in dissonance with the "proactive" aspect 
of this man from a supposedly comfortable sociocultural background 
– the image is loaded with this plurality of meanings, 
which I love and which potentially exceeds my own awareness.
Le rapport au corps est très présent dans votre oeuvre. 
Comment se manifeste-t-il dans les Objets d’ego ? 

Mon travail ne découle pas de fascinations formelles. Il est toujours la conséquence d’un sentiment ressenti face à une situation sociétale. Il est interprétatif de nos comportements. Il parle de nous. Notre corps en est donc naturellement le premier constituant. 
Dans mes objets vidéos, j’ai mis en scène par choix pratique mon 
propre corps, nu, dans des situations peu valorisantes. Ce n’était 
pas tant la corporalité qui m’intéressait que la notion d’individu. La 
nudité y exprimait la fragilité. Dans les Objets d’ego, le rapport au 
corps se manifeste plutôt à travers le choix précis de la physionomie 
du modèle. Je recherche pour chaque pièce un partenaire humain. 
Je peux poursuivre une idée précise, ou être en attente d’une « révélation » correspondant à une projection plus ou moins consciente. La sélection s’opère toujours via l’intimité d’une attitude. Le dialogue s’avère parfois raté et il me faut chercher quelqu’un d’autre, ou naissent au contraire des choses totalement inattendues. Chaque prise de vue a sa part d’imprévisible. Elle fut très particulière pour L’odeur des corps, sans doute parce que cette pièce est l’une des plus intuitives. L’odorat est, chez nous, un sens renié. Certainement parce qu’il évoque notre part animale grégaire. Je me suis aperçu, par exemple, que lorsque je passe à côté d’une femme que je trouve séduisante, je ne peux m’empêcher de humer son odeur : non pas celle de son parfum mais bien celle de sa chair… Cela semble être un réflexe conditionné, un instinct que l’on sent resurgir en soi de façon étonnante et qui, bien sûr, implique la notion de groupe. J’ai souhaité ainsi, d’intuition, créer cette forme de masque qui fasse référence à ce sens, sans savoir toutefois où l’idée me mènerait. Le modèle, ici photographié en costume trendy, est un ami, « audit » en ressources humaines, habitué à argumenter dans des situations où le rapport entre les individus est « pesé ». Je lui ai demandé d’adopter des attitudes dynamiques. Ses mains se projetaient systématiquement en avant, dans une posture d’argumentation. D’instinct, je lui ai demandé de se mettre à genoux. Par cette conjonction d’attitudes disparates, l’incongruité de la position, l’étrangeté du masque, en dissonance avec le côté « proactif » de cet homme d’un milieu socioculturel 
que l’on suppose confortable, l’image s’est chargée de cette 
pluralité de sens que j’aime et qui, potentiellement, dépasse ma